Notation cartésienne, plan complexe

Plan du chapitre "Nombres complexes"

Notation cartésienne, partie réelle, partie imaginaire

Proposition (opérations sur l'ensemble ℝ²)
On munit l’ensemble {\mathbb{R}^2} des deux lois suivantes :
{\begin{array}{l}\forall\,(x,y,x',y')\in\mathbb{R}^4,\\\quad\begin{cases}(x,y)+(x',y')=(x+x',y+y')\cr(x,y)(x',y')=(xx'-yy',xy'+ yx')\end{cases}\end{array}}Muni de ces deux lois, {\mathbb{R}^2} est un « corps commutatif ». Plus précisément :

  • Le neutre pour la loi {+} est {(0,0)}, et l’opposé de {(x,y)} est {(-x,-y)}.
  • Le neutre pour le produit est {(1,0)}.
  • Pour tout {z=(x,y)} non nul, l’inverse de {z} est : {\dfrac 1z=\Big(\dfrac x{x^2+y^2},\dfrac{-y}{x^2+y^2}\Big)}.

Définition (nombres complexes, notation provisoire)
On note {\mathbb{C}} l’ensemble {\mathbb{R}^2} quand il est muni deux lois précédentes.
Ses éléments {z=(x,y)} sont appelés nombres complexes.
Proposition (ℝ considéré comme une partie de ℂ)
L’application {\varphi\colon x\mapsto(x,0)} est bijective de {\mathbb{R}} sur {\mathbb{K}=\{(x,0),x\in\mathbb{R}\}}.
De plus, pour tous réels {x,x'}, on a :{\begin{cases}\varphi(x+x')=\varphi(x)+\varphi(x')\\\varphi(xx')=\varphi(x)\varphi(x')\end{cases}}

Cela permet d’identifier algébriquement le couple {(x,0)} avec le réel {x}.
De cette manière, on peut donc considérer que {\mathbb{R}} est une partie de {\mathbb{C}}.

Définition (le nombre i et la notation cartésienne des nombres complexes)
On pose {i=(0,1)}. On rappelle que pour {x\in\mathbb{R}}, on identifie {(x,0)} et {x}.
Par définition, tout {z} de {\mathbb{C}} s’écrit de façon unique {z=(x,y)}, avec {x,y} réels.
De plus {z=(x,y)} s’écrit {z=(x,0)+(0,1)(y,0)}, c’est-à-dire {z=x+iy}.
On a ainsi obtenu la notation cartésienne (ou algébrique) des nombres complexes.
Le réel {x} est appelé partie réelle de {z} et est noté {\text{Re}(z)}.
Le réel {y} est appelé partie imaginaire de {z} et est noté {\text{Im}(z)}.
Définition (nombres complexes réels ou imaginaires purs)
Dire que {z} est réel, c’est dire que sa partie imaginaire {\text{Im}(z)} est nulle.
On dit que {z} est imaginaire pur si {\text{Re}(z)=0}, c’est-à-dire si {z=iy}, avec {y} dans {\mathbb{R}}.

Attention : dire que le complexe {z} n’est pas réel ne signifie pas qu’il est imaginaire pur!

Identifications entre parties réelles et parties imaginaires

Pour voir la suite de ce contenu, vous devez : Pour poursuivre votre exploration, vous pouvez : Mathprepa.fr est le site des mathématiques et de l'informatique des deux années des classes prépa scientifiques: plus de 2500 exercices et 200 problèmes (soigneusement corrigés), un cours complet (maths et info), plus de 400 sujets de concours, des Quiz (plus de 600 questions), etc. Un contenu sans équivalent, dans une présentation fluide et professionnelle adaptée à tous les écrans, pour une souscription de 15€ (6 mois), 25€ (1 an) ou 35€ (2 ans).

Page suivante : module et distance dans le plan complexe