Les ensembles de nombres

Plan du chapitre "Calculs algébriques"

L’existence admise des ensembles de nombres

Conformément au programme, on admet l’existence et les principales propriétés des ensembles de nombres suivants :

  • l’ensemble {\mathbb{N}} des entiers naturels.
  • l’ensemble {\mathbb{Z}} des entiers relatifs.
  • l’ensemble {\mathbb{Q}} des nombres rationnels.
  • l’ensemble {\mathbb{R}} des nombres réels.
  • l’ensemble {\mathbb{C}} des nombres complexes.

On a bien sûr les inclusions strictes : {\mathbb{N}\varsubsetneq\mathbb{Z}\varsubsetneq\mathbb{Q}\varsubsetneq\mathbb{R}\varsubsetneq\mathbb{C}}.

On sera également amené à considérer les ensembles suivants (dont les noms ne sont pas fixés par l’usage, mais dont la signification est bien connue) : l’ensemble {\mathbb{P}} des nombres premiers, l’ensemble {\mathbb{D}} des nombres décimaux, l’ensemble {\mathbb{R}\setminus\mathbb{Q}} des nombres irrationnels.

Propriétés relatives à l’addition dans {\mathbb{C}}

Proposition (propriétés de l'addition dans ?)
L’ensemble {\mathbb{C}} est muni d’une opération (ou loi de composition), notée {+}, avec les propriétés suivantes :

  • 1a) La loi {+} est commutative : {\forall\,(x,y)\in\mathbb{C}^2,\;x+y=y+x}
  • 1b) La loi {+} est associative : {\forall\,(x,y,z)\in\mathbb{C}^3,\;x+(y+z)=(x+y)+z}
  • 1c) Pour la loi {+}, l’entier naturel {0} est élément neutre : {\forall\, x\in\mathbb{C},\;x+0=x}
  • 1d) Pour la loi {+}, tout {x} de {\mathbb{C}} possède un opposé (noté {-x}), donc tel que {x+(-x)=0};
    La notation {x-y} doit être comprise comme une contraction de {x+(-y)}.

Remarques diverses

  • On note {\mathbb{N}^{*},\mathbb{Z}^{*},\mathbb{Q}^{*},\mathbb{R}^{*},\mathbb{C}^{*}} les ensembles {\mathbb{N},\mathbb{Z},\mathbb{Q},\mathbb{R}} privés de l’entier {0}.
  • Chacun des ensembles {\mathbb{N},\mathbb{Z},\mathbb{Q},\mathbb{R}} est stable pour la loi {+} (ce qui signifie que la somme de deux éléments de {\mathbb{Q}}, par exemple, est encore un élément de {\mathbb{Q}}). On peut donc considérer (1a), (1b), et (1c) comme des propriétés de la loi {+} restreinte à {\mathbb{N}}, à {\mathbb{Z}}, à {\mathbb{Q}}, ou à {\mathbb{R}}.
  • De même, chacun des ensembles {\mathbb{Z},\mathbb{Q},\mathbb{R}} est stable par passage à l’opposé, ce qui signifie que l’opposé d’un rationnel {x}, par exemple, est encore un rationnel. On peut donc considérer (1d) comme une propriété de la loi {+} restreinte à {\mathbb{Z}}, à {\mathbb{Q}}, ou à {\mathbb{R}}.
    Pour ces trois ensembles, on peut donc également parler de stabilité par différence (si {x} et {y} sont dans {\mathbb{Q}}, par exemple, {x-y} est dans {\mathbb{Q}}).
    Ici l’ensemble {\mathbb{N}} fait exception, car seul {0} possède un opposé dans {\mathbb{N}} (lui-même!).
    Enfin, on a bien sûr les identités :
    {-(-x)=x,\;-(x\!+\!y)=-x\!-\!y,\;-(x\!-\!y)=-x\!+\!y}
  • On pourrait considérer l’opération soustraction sur {\mathbb{C}} (définie par {(x,y)\mapsto x-y}) mais cette loi ne présente que peu d’intérêt : elle n’est ni commutative, ni associative, et il n’y a pas d’élément neutre.
  • Une conséquence de (1b), (1c) et (1d) est que tout élément de {\mathbb{C}} est simplifiable pour l’addition.
    En d’autres termes : {\forall\, (x,y,z)\in\mathbb{C}^{3},\;x+y=x+z\Rightarrow y=z} (ajouter {-x} de part et d’autre).
    Pour des raisons analogues : on a l’équivalence {x+y=z\Leftrightarrow y=z-x}.

Propriétés relatives au produit dans {\mathbb{C}}

Pour voir la suite de ce contenu, vous devez : Pour poursuivre votre exploration, vous pouvez : Mathprepa.fr est le site des mathématiques et de l'informatique des deux années des classes prépa scientifiques: plus de 2500 exercices et 200 problèmes (soigneusement corrigés), un cours complet (maths et info), plus de 400 sujets de concours, des Quiz (plus de 600 questions), etc. Un contenu sans équivalent, dans une présentation fluide et professionnelle adaptée à tous les écrans, pour une souscription de 15€ (6 mois), 25€ (1 an) ou 35€ (2 ans).

Page suivante : sommes et produits