Un endomorphisme de polynômes

Soient {n} dans \mathbb{N}, {A,B} dans {\mathbb{C}[X]}, avec {A\ne0}, avec {\deg(B)= n+ 1}.
Soit {\varphi} l’endomorphisme de {\mathbb{C}_{n}[X]} qui à un polynôme P associe le reste de la division euclidienne de {AP} par {B}.

  1. Montrer que si {A} et {B} sont sans racine commune, alors {\varphi} est un isomorphisme.
  2. On suppose que toutes les racines de {B} sont simples.
    Que dire du spectre de {\varphi}? Cet endomorphisme est-il diagonalisable ?

Attention, ceci est une page de démonstration de mathprepa.fr

  • Vous pouvez dévoiler le corrigé (après avoir réfléchi à votre propre solution bien sûr 😉) ou le cacher à nouveau (pour chercher à partir des indications que vous venez de lire 👏)
  • Les 1500 exercices du site sont présentés avec un énoncé visible de tous, mais un corrigé (masquable/affichable) réservé aux seuls souscripteurs de mathprepa.
  • Cet exercice a été sélectionné dans la page Démo, pour illustrer le fonctionnement du site, et c’est pour cette raison que tout le monde peut “démasquer” son corrigé.
Cliquer ici pour voir (ou cacher) le corrigé

  1. Tout d’abord, on vérifie que {\varphi} est bien un endomorphisme de {\mathbb{C}_{n}[X]}.

    Puisque {\deg(B)=n+1}, il est clair que {\varphi(\mathbb{C}_{n}[X])\subset\mathbb{C}_{n}[X]}.

    Ensuite, soit {P_{1},P_{2}} dans {\mathbb{C}_{n}[X]}. Posons : {\begin{cases}AP_{1}=Q_{1}B+R_{1}\\AP_{2}=Q_{2}B+R_{2}\end{cases}\;\text{où}\;\begin{cases}\deg(R_{1})\le n\\\deg(R_{2})\le n\end{cases}}

    Avec ces notations : {\begin{cases}R_{1}=\varphi(P_{1})\\R_{2}=\varphi(P_{2})\end{cases}}

    Pour tous {\alpha,\beta} dans {\mathbb{C}}, on a :{\begin{cases}A(\alpha P_{1}\!+\!\beta P_{2})\!=\!(\alpha Q_{1}\!+\!\beta Q_{2})B\!+\!\alpha R_{1}\!+\!\beta R_{2}\\\deg(\alpha R_{1}\!+\!\beta R_{2})\!\le\! n\end{cases}}En d’autres termes : {\begin{array}{rl}\varphi(\alpha P_{1}+\beta P_{2})&=\alpha R_{1}+\beta R_{2}\\\\&=\alpha\varphi(P_{1})+\beta\varphi(P_{2})\end{array}}Ainsi {\varphi} est un endomorphisme de \mathbb{C}_n[X].

    On suppose que A et {B} n’ont pas de racine commune.

    Soit {P} dans {\text{Ker}(\varphi)} (donc tel que {B} divise {AP}).

    Tout racine de {B} dans {\mathbb{C}} est ainsi racine de {AP}, donc de {P}, avec une multiplicité au moins égale.

    Le polynôme {P} admet alors au moins {n+1} racines (chacune comptée autant de fois que sa multiplicité) alors que {\deg(P)\le n}.

    La seule possibilité est {P=0}.

    Ainsi {\varphi} est un isomorphisme de {\mathbb{C}_{n}[X]}.

  2. On suppose que les racines de {B} sont {\alpha_{0},\alpha_{1},\ldots,\alpha_{n}}, distinctes deux à deux.

    Soit {P\in\mathbb{C}_{n}[X]} un vecteur propre de {\varphi}, pour une valeur propre {\lambda}.

    Il existe {Q\in\mathbb{C}[X]} tel que {AP\!=\!QB\!+\!\lambda P} donc tel que {(A\!-\!\lambda)P\!=\!QB}.

    On en tire : {\forall\, k\in[\![ 0,n]\!],\;(A(\alpha_{k})-\lambda)P(\alpha_{k})=0}.

    Nécessairement, il existe {j\in[[ 0,n]]} tel que {\lambda=A(\alpha_{j})}, sans quoi {P} (qui est non nul de degré {n}) possèderait les {n+1} racines distinctes {\alpha_{k}}, ce qui est exclu.

    Dans ces conditions, et pour {k\in[[ 0,n]]\setminus\{j\}}, on a {P(\alpha_{k})=0}.

    Ainsi: {\exists\, \mu\in\mathbb{C},\;P=\mu\displaystyle\prod_{k\ne j}(X-\alpha_{k})}.

    Réciproquement, pour tout {j\in[[ 0,n]]}, posons {P_{j}=\displaystyle\prod_{k\ne j}(X-\alpha_{k})}.

    Par construction, le polynôme {(A-A(\alpha_{j})P_{j}} s’annule tous les {\alpha_{k}}, avec {k\in[[ 0,n]]}.

    Il existe donc {Q} dans {\mathbb{C}[X]} tel que {(A-A(\alpha_{j}))P_{j}=QB}.

    Autrement dit : {AP_{j}=QB+A(\alpha_{j})P_{j}}.

    Puisque {\deg(A(\alpha_{j})P_{j})\lt \deg(B)}, il en résulte {\varphi(P_{j})=A(\alpha_{j})P_{j}}.

    En résumé, les valeurs propres de {\varphi} sont les {\lambda_{j}=A(\alpha_{j})} pour {j\in[[ 0,n]]}

    (NB: rien n’indique que ces valeurs propres soient distinctes).

    Remarquons que la famille {(P_{j})_{0\le j\le n}} est libre (donc constitue une base de {\mathbb{C}_{n}[X]}).

    En effet si {\displaystyle\sum_{j=0}^{n}\delta_{j}P_{j}(X)=0}, remplacer {X} par {\alpha_{k}} donne {\delta_{k}=0}.

    L’application {\varphi}, qui possède une base de vecteurs propres, est diagonalisable.